Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recommander

  • : CGT Saint-Vincent-de-Paul Service Public - Le blog citoyen de l'hôpital
  • : Soutien à la lutte du personnel de l'hôpital pour sauvegarder cet établissement public sacrifié aux intérêts privés. Défense des services publics et des valeurs fondamentales de la République et de l'humanisme.
  • Contact

Recherche

Archives

29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 15:32

 mardi 25 septembre 2012 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint, Marise Dantin Secrétaire Générale

Le 1er janvier 2013, un nouveau traité, signé le 2 mars 2012 par 25 chefs d’état et de gouvernements européens, devrait entrer en vigueur. Nous sommes opposés à ce traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) au sein de l’Union économique et monétaire. Ce traité obligerait les états à appliquer des politiques budgétaires qui pénalisent les salariés alors que des politiques économiques coordonnées permettant la relance économique et favorisant l’emploi et le développement des services publics sont nécessaires. Il bloquerait toute perspective de négociation salariale, de retour à la retraite à 60 ans... ce sont tous nos droits sociaux qui seraient remis en cause. Le patronat poursuit son offensive de casse de l’industrie, de l’emploi, exige l’augmentation des profits, plus de flexibilité. Dans cette logique, il milite pour l’austérité contenue dans le dernier traité européen. Le travail n’est pas un coût. Il est le seul levier de création de la richesse par les salariés.

Ce Traité (TSCG) condamne à l’austérité perpétuelle parce que la règle d’équilibre des finances publiques qu’il instaure souffre d’un double vice.

D’abord elle n’a aucun fondement économique. C’est une pure convention, à laquelle ne croient que les néo-libéraux pour qui le marché est auto-régulateur et pour lesquels il faut donc museler et réduire à néant l’influence de la politique économique. Cette vision des choses est inepte. Aucun pays ne s’est jamais donné une règle permanente d’équilibre des finances publiques ! Seule l’Europe se lance dans cette invraisemblable aventure !
Se priver d’une politique économique active en imposant des déficits zéro, c’est se priver du dernier outil qui restait encore entre les mains des Etats, puisque le taux d’intérêt et le taux de change sont désormais entre les mains des marchés et en partie de la banque centrale.

Ensuite promouvoir des politiques récessives en période de récession, c’est, comme disait l’économiste John Keynes à propos des néolibéraux des années 1930, faire une "politique d’asiles d’aliénés". La vraie "règle d’or" issue de l’expérience dit que c’est que c’est par la croissance que l’on peut surmonter les déficits et les dettes, et non en ajoutant de l’austérité à de l’austérité. L’exemple de la Grèce, de l’Espagne ou de l’Italie, sous nos yeux, le montrent clairement.

Le Traité est imposé sans consultations du peuple alors qu’il va introduire des changements majeurs, à commencer par cette fameuse "règle d’or" sur les déficits. Les sondages disent que plus de 70% des Français veulent un référendum sur ce sujet et que 66% s’apprêteraient à voter non.
Il accroît considérablement le pouvoir de la technocratie : en l’occurrence le pouvoir de la Commission européenne, constituée de membres désignés et non élus. C’est elle en effet qui est en charge de surveiller et de contrôler que les budgets ne s’écartent pas de l’équilibre. Des règles automatiques sont installées pour assurer la correction des écarts qui se manifesteraient.
Ainsi l’automaticité se substitue à la délibération : on ne discute pas entre élus ce qu’il est bon de faire. On applique des règles et leur application est surveillée par des technocrates qui n’ont de compte à rendre à personne.

La CGT Cochin ne se fait aucune illusion : ce Traité sera probablement signé sans aucune renégociation (malgré les promesses électorales...) par le gouvernement Hollande avec l’appui des sénateurs et députés de droite.

La CGT Cochin est opposée à la ratification de ce traité par la France, quelle que soit la procédure utilisée, car l’austérité mène à l’appauvrissement des salariés et des retraités et empêche toute reprise de la croissance.

Dans nos hôpitaux, cela se traduira par une réduction accrue des personnels, la fermeture accélérée des établissements de santé et une réduction drastique de l’offre de soins publique... tout ce que nous subissons depuis de nombreuses années, mais en pire !


Le dimanche 30 septembre,

manifestation unitaire à l’appel de nombreuses organisations

pour s’opposer à la ratification du Traité européen


La manifestation partira de Nation à 13h30 pour rejoindre la Place d’Italie

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Petit village gaulois - dans Syndicalisme et luttes
commenter cet article

commentaires

plombier paris 08/03/2015 22:57

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement